Glaucome et chirurgie de la myopie

Ce qu’il faut savoir
Publié le 22 janvier 2007
par Yves Lachkar
La myopie (liée à un œil « trop long ») prédispose à diverses maladies de l’œil : atteinte de la macula (en cas de myopie très forte), lésions de la rétine (prédisposant au décollement de la rétine) mais également au glaucome.

L’opération de la myopie au laser permet de ne plus porter de lunettes ou de lentilles mais ne diminue en rien ces prédispositions. Un oeil myope opéré à donc les mêmes risques de développer un glaucome qu’un œil non opéré de la myopie et cela nécessitera donc des examens réguliers de dépistage.

La chirurgie de la myopie s’adresse à des yeux présentant une myopie isolée sans autre maladie de l’œil. En cas de glaucome (c’est-à-dire d’atteinte du nerf optique et du champ de la vision), l’opération de la myopie n’est pas conseillée.

En effet pour opérer la myopie au laser, un anneau de « succion » est appliqué sur l’œil pour le maintenir en induisant un hypertonie oculaire importante transitoire, sans danger pour un œil sain, mais qui peut être dangereuse sur œil ayant un glaucome. Des cas exceptionnels d’atteinte du nerf optique, probablement secondaire à cette élévation de pression, ont d’ailleurs été décrits après opération de la myopie au laser.

Dépistage du glaucome sur les yeux opérés de la myopie

L’opération de la myopie en amincissant la cornée a tendance a fausser les mesures faites de la pression intraoculaire en baissant « artificiellement » les chiffres mesurés sans que la pression à l’intérieur de l’œil ne baisse.

Le dépistage du glaucome chez les patients opérés de la myopie est plus délicat et doit encore moins se fier au résultat « isolé » du chiffre de pression intraoculaire mesuré par un appareil.

Des tables de conversion ont été réalisées, afin de savoir combien il faut ajouter au chiffre mesuré pour connaître le chiffre plus réel de la pression intraoculaire.

Ces abaques sont à manier avec grande précaution et sont souvent faux car la chiurgie de la myopie modifie l’épaisseur de la cornée mais également d’autres paramètres physiques (biomécaniques de la cornée) qui faussent également la mesure.

Il faut ainsi signaler à votre ophtalmologiste si vous avez été opéré de la myopie et ne pas se fier au seul chiffre mesuré de la pression intraoculaire (ce qui est d’ailleurs également valable chez les sujets non opérés car la pression intraoculaire varie dans la journée).

La mesure de l’épaisseur de la cornée (pachymétrie) fait d’ailleurs partie du bilan du glaucome.

Si vous avez été opéré de la myopie et que vous avez des antécédents familiaux de glaucome ou une maladie oculaire prédisposant au glaucome (comme la dispersion pigmentaire) il est important de faire un bilan incluant la réalisation d’une analyse du nerf optique avec un document qui pourra servir de base pour un suivi (photos, analyseurs de nerf optique) Ce document permettra de vous suivre et de dépister un glaucome à temps, si il y a lieu, en complément des autres examens (champ de la vison , examen de l’angle entre l’iris et la cornée etc.)


calle
calle
calle

RETOUR À propos du site | Plan | Suivre la vie du site RSS   haut de page

© 2006-2017 Institut du glaucome, groupe hospitalier Paris Saint-Joseph
Tous droits réservés
  Site référencé sur MediAdresse